Tous les modèles du constructeur Aston Martin

ASTON MARTIN

Toutes les voitures anglaises

Les origines :

À la différence d’autres constructeurs, l’histoire d’Aston Martin n’est pas celle d’un homme et d’une entreprise allant de succès en succès bien au contraire. Si le prestige de la marque est désormais bien établi, Aston Martin a connu des difficultés financières de manière quasiment continue. Le constructeur britannique a aujourd’hui plus d’un siècle grâce à la foi des hommes qui se sont succédés à son chevet.

Démarrage avec Lionel Martin

L’origine du nom Aston Martin remonte à 1913 lorsque Lionel Martin, qui était un sportif passionné d’automobile, remporta la course de côte d’Aston Clinton au volant d’une Singer préparée pour la compétition. Il prit alors la décision de nommer ces futures voitures Aston Martin en assemblant le nom de la course avec son nom de famille.

En juin 1913, les associés Robert Bamford et Lionel Martin fondèrent la société Bamford & Martin Ltd à Londres. Elle démarra une activité de représentant automobile pour les marques britanniques Singer, Calthorpe et GWK.

Lionel Martin fit l’acquisition d’un châssis Isotta Fraschini de 1908 qu’il équipa d’un moteur Coventry Simplex en 1914. La première guerre mondiale interrompit les activités de la société. Elles reprirent avec la construction d’une nouvelle voiture qui fut prête pour la route en mai 1921. Elle fut la première à porter le nom d’Aston Martin.

Entretemps, Robert Bamford quitta la société en mai 1920. L’entreprise fut refinancée par le Comte Zborowski. Martin prévoyait une production de 100 voitures pour les trois années à venir. La production ne démarra finalement qu’en 1922.

Les Aston Martin acquirent une bonne notoriété dans le milieu de la course automobile. Cependant elles ne séduisaient que peu de clients. Après seulement 69 voitures produites, la société fut déclarée en faillite en 1924.

En juillet 1924, la firme est reprise par la Lady Charnwood. Son fils, John Benson, passionné d’automobile, devint le président du conseil d’administration. Lionel Martin avec son épouse restaient directeurs de la société. Mais une nouvelle faillite arriva en novembre 1925. L’usine fut fermée en mai 1926. Lionel Martin se retira.

L’époque Bertelli

John Benson décida alors de refinancer l’entreprise au moyen d’une alliance avec la société d’ingénierie Renwick & Bertelli. Le redémarrage eut lieu en octobre 1926 dans une nouvelle usine à Feltham sous l’égide de la nouvelle société Aston Martin Motors Ltd.

La première Aston Martin conçue par Bertelli fut lancée en octobre 1927. L’innovation devint le maître mot de la marque. Ses modèles étaient sportifs et performants. Ils étaient aussi extrêmement coûteux. En 1932, la faillite approche. Monsieur Prideaux Brune, chef d’entreprise, sauva la marque. Mais, il fallut remettre au pot en 1933. Le relais fut assuré par Sir Arthur Sutherland.

Son fils, Robert Gordon Sutherland intégra la direction d’Aston Martin. Les volumes de production s’accrurent quelque peu. Bertelli, aidé par l’ingénieur Claude Hill, perfectionna encore les voitures. La réputation d’Aston Martin s’accrut ainsi avec des modèles exclusifs et toujours aussi chers.

Bertelli démissionna en novembre 1937. Claude Hill le remplaça alors comme ingénieur en chef de la marque. Jusqu’en 1940, environ 700 Aston Martin furent fabriquées.

La renaissance grâce à David Brown

En 1945, Aston Martin disposait d’un nouveau moteur 2,0 litres et d’un prototype à châssis tubulaires et roues avant indépendantes, l’Atom, construit en 1939. La marque redémarra grâce à l’industriel David Brown qui racheta la marque à Sutherland en 1947.

David Brown était un fabricant de transmissions et de tracteurs agricoles. Il assura le développement d’Aston Martin jusqu’en 1972 bien que le constructeur perdit continuellement de l’argent pendant cette période. Les voitures étaient toujours produites à la main à raison de quelques unités par semaine comme le souhaitait David Brown.

Le premier modèle d’après-guerre fut la Two-Litre Sports, rebaptisée par la suite DB1. La voiture reprit la structure du prototype Atom de 1939 et le nouveau moteur 2,0 litres conçu par Claude Hill. Seuls quinze exemplaires furent construits entre septembre 1948 et mai 1950. La nouvelle sportive DB2 fut alors lancée. Elle utilisait le châssis multitubulaire de la DB1 et un moteur six cylindres à double arbre à cames en tête Lagonda. Ce moteur fut préféré au moteur à six cylindres que développait Claude Hill. Celui-ci se sentit insulté et quitta la société en 1949. Ainsi commence l’épopée des modèles Aston Martin à partir de 1950.

Aston Martin Atom
prototype 1939
photo Aston Martin

Aston Martin Atom prototype 1939 - photo Aston Martin

Aston Martin Two Litre Sports (DB1)
1948-1950
photo Aston Martin

Aston Martin Two Litre Sports (DB1) 1948-1950 - photo Aston Martin

Les véhicules :

Depuis 1950, 33 modèles Aston Martin ont été commercialisés en incluant les différents types de carrosserie pour un même modèle. À ceci, il convient d’ajouter 9 modèles exclusifs à la production limitée à moins de 100 exemplaires.

Les grandes périodes

  • 1948-1958 : l’époque Feltham avec la DB2 et ses dérivés. La marque rencontre des premiers succès encourageant.
  • 1958-1969 : l’apogée avec la famille des DB4, DB5 et DB6 qui fut le meilleur succès de la marque depuis sa création et le resta jusqu’au lancement de la DB7 en 1993. Durant cette période, les Aston Martin passèrent du statut de voitures de sport à celui de voitures de grand tourisme performantes mais aussi confortables
  • 1969 à 1993 : la traversée du désert avec un modèle mal conçu au départ, le départ de David Brown, une nouvelle faillite et une diffusion réduite de moitié. Ce sont les années noires d’Aston Martin jusqu’au lancement de la DB7
  • 1993 à 2007 : la marque se développa fortement grâce aux investissements réalisés sous l’égide de Ford. Une nouvelle usine sortit de terre en 2003. Un record de production fut atteint en 2007.
  • depuis 2007 : Aston Martin est désormais entre les mains d’un fonds d’investissement. La marque vit sur son héritage de l’époque Ford.

Chronologie des modèles par segment et par carrosserie

La totalité des Aston Martin appartiennent au segment G des voitures luxueuses à l’exception de la citadine Cygnet rattaché au segment A de par ses dimensions et ses prestations. Il existe toutefois une hiérarchie dans la gamme du constructeur britannique. Elle est sur trois niveaux. Le premier comprend seulement la Vantage qui cible les Porsche 911 et Maserati GT. Le second est constitué par le cœur historique des modèles de la marque : de la DB2 à la DB9. La concurrence visée est celle des Ferrari de grand tourisme. Enfin, le dernier niveau regroupe les modèles de grand luxe qui affrontent les coupés et cabriolets Bentley.

Segment A :
  • Cygnet : 2011-2013, berline hatchback 3p – modèles jumeaux : Toyota iQ et Scion iQ – production à Gaydon, Royaume Uni
Segment G 1er niveau :
  • Vantage : depuis 2005, coupé liftback et roadster – plate-forme VH raccourcie
Segment G 2ème niveau :
  • DB2 : 1950-1953, coupé fastback et cabriolet, production en 411 exemplaires (309 coupés fastback, 97 cabriolets et 5 châssis nu dont 3 carrossés par Graber)
  • DB2/4 : 1953-1957, coupé liftback, coupé et cabriolet, production en 772 exemplaires (631 coupés liftback, 34 coupés, 97 cabriolets et 10 châssis nu dont 7 carrossés par Bertone, 1 par Mulliner, 1 par Ghia et 1 par Touring) – reprise de la plate-forme de la DB2
  • DB Mk III : 1957-1959, coupé liftback, coupé et cabriolet, production en 551 exemplaires – restyling de la DB2/4
  • DB4 : 1958-1963, coupé fastback et cabriolet, production en 1110 exemplaires dont 70 cabriolets
  • DB4 GT : 1959-1963, coupé fastback, production en 75 exemplaires – plate-forme raccourcie de la DB4 et phares carénés qui seront repris par les DB4 Vantage à partir de 1961
  • DB5 et Volante : 1963-1966, coupé fastback, cabriolet et break de chasse, production en 1059 exemplaires dont 886 coupés, 123 DB5 convertible et 37 Volante SWB, 13 breaks de chasse – modèle jumeau de la DB4 Vantage Série V
  • DB6 : 1965-1970 : coupé fastback et cabriolet Volante, production 1745 exemplaires dont 1560 coupés plus 9 unités ayant été transformés en break de chasse et 176 cabriolets – plate-forme allongée de la DB4
  • DB7 : 1993-2003, coupé fastback et cabriolet, production en 8 938 exemplaires dont 5 998 coupés et 2 940 cabriolets – plate-forme de la Jaguar XJS
  • DB9 : 2003-2016, coupé fastback et cabriolet, variante sous l’appellation Virage en 2011 et 2012 – plate-forme VH
  • DB11 : depuis 2016, coupé fastback
Segment G 3ème niveau :
  • DBS : 1967-1972 : coupé fastback, production en 1 193 exemplaires
  • V8 : 1972-1989 : coupé fastback et cabriolet, production en 2 818 exemplaires ; restyling de la DBS ; autres appellations : Vantage avec moteur 6 cylindres entre 1972 et 1973 et V8 Vantage à partir de 1977 en coupé et de 1987 en cabriolet
  • Virage : 1988-1996, coupé et cabriolet, production en 598 exemplaires dont 365 coupés et 233 cabriolets – plate-forme de la DBS
  • V8 : 1993-2000, coupé et cabriolet, production en 453 exemplaires dont 381 coupés et 72 cabriolets – restyling de la Virage
  • Vanquish : 2001-2007, coupé fastback, production en 2 578 exemplaires
  • DBS : 2007-2012, coupé fastback et cabriolet – plate-forme VH
  • Vanquish : depuis 2013, coupé fastback et cabriolet – plate-forme VH
  • Rapide : depuis 2010, berline liftback 5p – production en Autriche chez Magna-Steyr – plate-forme VH allongée

Toutes les voitures avec une carrosserie de coupé

Les coupés

Toutes les voitures de luxe

Vantage
depuis 2005
photo Aston Martin

Aston Martin Vantage depuis 2005 - photo Aston Martin

DB2 Saloon
1950-1953
photo Tim Scott/RM Auctions

Aston Martin DB2 Saloon 1950-1953 - photo Tim Scott/RM Auctions

DB2/4 Saloon
1953-1957
photo Aston Martin

Aston Martin DB2/4 Saloon 1953-1957 - photo Aston Martin

DB2/4 Fixed hardtop coupe
1955-1957
photo : auteur inconnu DR

Aston Martin DB2/4 Fixed hardtop coupe 1955-1957 - photo : auteur inconnu DR

DB Mk III Saloon
1957-1959
photo Tim Scott/RM Auctions

Aston Martin DB Mk III Saloon 1957-1959 - photo Tim Scott/RM Auctions

DB4
1958-1963
photo : auteur inconnu DR

Aston Martin DB4 1958-1963 - photo : auteur inconnu DR

DB4 GT
1959-1963
photo Ned Jackson/RM Auctions

Aston Martin DB4 GT 1959-1963 - photo Ned Jackson/RM Auctions

DB5
1963-1965
photo Tim Scott/RM Auctions

Aston Martin DB5 1963-1965 - photo Tim Scott/RM Auctions

DB5 Shooting Brake
1965
photo : auteur inconnu DR

Aston Martin DB5 Shooting Brake 1965 - photo : auteur inconnu DR

DB6
1965-1970
photo : auteur inconnu DR

Aston Martin DB6 1965-1970 - photo : auteur inconnu DR

DB7
1994-2003
photo Aston Martin

Aston Martin DB7 1994-2003 - photo Aston Martin

DB9
2003-2016
photo Aston Martin

Aston Martin DB9 depuis 2003 - photo Aston Martin

Virage
2011-2012
photo Aston Martin

Aston Martin Virage 2011-2012 - photo Aston Martin

DB11
depuis 2016
photo Aston Martin

DB11 depuis 2016 - photo Aston Martin
1

DBS
1967-1972
Fiche disponible

V8 Saloon
1972-1989
photo : auteur inconnu DR

Aston Martin V8 Saloon 1972-1989 - photo : auteur inconnu DR

Virage
1988-1995
photo : auteur inconnu DR

Aston Martin Virage 1988-1995 - photo : auteur inconnu DR

V8 Coupe
1993-2000
photo : auteur inconnu DR

Aston Martin V8 Coupe 1993-2000 - photo : auteur inconnu DR

Vanquish
2001-2007
photo Aston Martin

Aston Martin Vanquish 2001-2007 - photo Aston Martin

DBS
2007-2012
photo Aston Martin

Aston Martin DBS 2007-2012 - photo Aston Martin

Vanquish
depuis 2012
photo Aston Martin

Aston Martin Vanquish depuis 2012 - photo Aston Martin
Toutes les voitures avec une carrosserie de roadster

Les roadsters

Toutes les voitures de luxe

Vantage roadster
depuis 2006
photo Aston Martin

Aston Martin Vantage roadster depuis 2006 - photo Aston Martin
Toutes les voitures avec une carrosserie de cabriolet

Les cabriolets

Toutes les voitures de luxe

DB2 Convertible
1951-1953
photo : Pieter E Kamp

Aston Martin DB2 Convertible 1951-1953 - photo : Pieter E Kamp

DB2/4 Convertible
1953-1957
photo : Tim Scott RM Auctions

Aston Martin DB2/4 Convertible 1953-1957 - photo : Tim Scott RM Auctions

DB Mk III Convertible
1957-1959
photo : Darin Schnabel

Aston Martin DB Mk III Convertible 1957-1959 - photo : Darin Schnabel

DB4 Convertible
1961-1963
photo : Tim Scott/RM Auctions

Aston Martin DB4 Convertible 1961-1963 - photo : Tim Scott/RM Auctions

DB5 Convertible
1963-1965
photo : auteur inconnu DR

Aston Martin DB5 Convertible 1963-1965 - photo : auteur inconnu DR

Volante
1965-1966
photo Aston Martin

Aston Martin Volante 1965-1966 - photo Aston Martin

Volante
1966-1970
photo : auteur inconnu DR

Aston Martin Volante 1966-1970 - photo : auteur inconnu DR

DB7 Volante
1996-2003
photo Aston Martin

Aston Martin DB7 Volante 1996-2003 - photo Aston Martin

DB9 Volante
depuis 2004
photo Aston Martin

Aston Martin DB9 Volante depuis 2004 - photo Aston Martin

Virage Volante
2011-2012
photo Aston Martin

Aston Martin Virage Volante 2011-2012 - photo Aston Martin

V8 Volante
1978-1989
photo : auteur inconnu DR

Aston Martin V8 Volante 1978-1989 - photo : auteur inconnu DR

Virage Volante
1992-1996
photo : auteur inconnu DR

Aston Martin Virage Volante 1992-1996 - photo : auteur inconnu DR

V8 Volante
1997-2000
photo : auteur inconnu DR

Aston Martin V8 Volante 1997-2000 - photo : auteur inconnu DR

DBS Volante
2009-2012
photo Aston Martin

Aston Martin DBS Volante 2009-2012 - photo Aston Martin

Vanquish Volante
depuis 2013
photo Aston Martin

Aston Martin Vanquish Volante depuis 2013 - photo Aston Martin
Toutes les voitures avec une carrosserie de berline

Les berlines

Toutes les minis voitures

Cygnet
2011-2013
photo Aston Martin

Aston Martin Cygnet 2011-2013 - photo Aston Martin
Toutes les voitures de luxe

Rapide
depuis 2010
photo Aston Martin

Aston Martin Rapide depuis 2010 - photo Aston Martin

Les modèles exclusifs et les réalisations uniques

Les modèles Aston Martin ont souvent donné lieu à des réalisations uniques et exclusives contribuant au prestige de la marque.

Ainsi dans les années 1950, la DB2 convertible fut carrossée en trois exemplaires par le carrossier suisse Graber. La DB2/4 fit aussi l’objet de plusieurs carrosseries spécifiques de la part des carrossiers Bertone, Ghia, Mulliner et Touring au-delà des versions de série fournies par Tickford.

À partir de la DB4, une relation privilégiée s’instaura avec le carrossier italien Zagato. Elle donna lieu à un modèle spécifique. Cette tradition fut entretenue avec les modèles V8 Zagato entre 1986 et 1990, la DB7 Zagato en 2002 et 2003, la DB AR1 en 2003 et 2004 et enfin la V12 Zagato en 2011 et 2012. Des exemplaires uniques étaient aussi proposés tels que la Vanquish roadster en 2004 ou une série de trois voitures uniques dérivées de la DB9 à l’occasion du centenaire de la marque : les DB9 Spider Centennial, DBS Coupé Centennial et Virage Shooting Brake Centennial.

Sur une base de DB4 GT, Bertone réalisa aussi l’exemplaire unique Jet en 1961. Après le break de chasse DB5 commandé par l’usine, ce style de carrosserie est souvent associé avec Aston Martin. Ainsi des variantes break de chasse sont réalisées pour les DB6 en 1966 et 1967, DBS en 1971, Virage en 1992, Vanquish en 2004 et Rapide en 2013.

Au niveau des prototypes, Touring dévoile le coupé DBSC au salon de Paris 1966. La faillite du carrossier italien n’aboutira pas à une production en série. Les dessous de ce prototype sont toutefois repris par la DBS lancée en 1967. Un prototype de berline DBS est réalisé en 1969. Il deviendra l’éphémère Lagonda produite entre 1974 et 1976.

En avril 1980, Aston Martin dévoila un concept-car original : le Bulldog à moteur central et portes à ouverture papillon. Le moteur V8 5,3l était doté de deux turbocompresseurs portant la puissance à près de 700ch.

Dans le courant des années 1990, Aston Martin proposa via son département de personnalisation des modèles spéciaux à partir de la Virage et de la V8. Il y eut des breaks de chasse, des berlines et des coupés à la carrosserie modifiée.

Les carrossiers italiens continuèrent de faire des propositions de style plus osées au constructeur britannique. En 2001, Ital Design présenta le roadster Aston Martin 2020 au salon de Genève.

Après avoir été annoncé comme prototype au salon de Paris 2008, le modèle One-77 fait l’objet d’une petite série entre octobre 2010 et avril 2012.

En 2013, un roadster CC100 fut présenté par la marque pour célébrer son centenaire.

En 2015, plusieurs modèles exclusifs sont dévoilés :

  • le concept-car DBX au salon de Genève préfigurant un coupé crossover ;
  • la Thunderbolt, une Vanquish revue par le préparateur américain Galpin et le styliste danois Henrik Fisker, proposée au concours d’élégance d’Amelia Island aux États-Unis ;
  • la Vulcan, voiture destinée à une utilisation uniquement sur circuit, présentée au salon de Genève ;
  • enfin la DB10, modèle exclusif produit en 10 exemplaires sur la base de la Vantage V8 à l’occasion de la sortie du film James Bond Spectre.

À l’occasion du concours d’élégance de la Villa d’Este en mai 2016, Aston Martin présente la Vanquish Zagato réalisée en collaboration avec le carrossier italien.

Une collaboration avec l’écurie de Formule 1 Red Bull aboutit la présentation en juillet 2016 du concept AM-RB 001 qui fera l’objet d’une production en petite série.

Les modèles suivants ont fait l’objet d’une production en petite série et une fiche spécifique leur est réservée.

  • DB4 GT Zagato : 1960-1963 : coupé fastback, production : 19 exemplaires plus six autres assemblés à partir de collection de pièces détachées dans les années 1990 et 2000 avec l’autorisation officielle d’Aston Martin
  • V8 Zagato : 1986-1990, coupé et cabriolet, production : 89 exemplaires dont 52 coupés et 37 roadsters
  • DB7 Zagato : 2002-2003, coupé fastback, production : 100 exemplaires
  • DB AR1 : 2003, roadster, production : 100 exemplaires
  • One-77 : 2009-2012, coupé fastback, production : 77 exemplaires
  • V12 Zagato : 2011-2013, coupé fastback, production : 65 exemplaires
  • DB10 : 2015, coupé fastback, production : 10 exemplaires
  • Vulcan : 2015, coupé fastback, production prévue : 24 exemplaires

Les coupés

DB4 GT Zagato
1960-1963
photo Aston Martin

Aston Martin DB4 GT Zagato 1960-1963 - photo Aston Martin

V8 Vantage Zagato
1986-1988
photo : auteur inconnu DR

Aston Martin V8 Vantage Zagato 1986-1988 - photo : auteur inconnu DR

DB7 Zagato
2002-2003
photo Aston Martin

Aston Martin DB7 Zagato 2002-2003 - photo Aston Martin
1

One-77
2009-2012
Fiche disponible

V12 Zagato
2011-2013
photo Aston Martin

Aston Martin V12 Zagato 2011-2013 - photo Aston Martin

DB10
2015
photo Aston Martin

Aston Martin DB10 2015 - photo Aston Martin

Vulcan
2015
photo Aston Martin

Aston Martin Vulcan 2015 - photo Aston Martin

Les roadsters

V8 Volante Zagato
1988-1990
photo : auteur inconnu DR

Aston Martin V8 Volante Zagato 1988-1990 - photo : auteur inconnu DR

DB AR1
2003-2004
photo Aston Martin

Aston Martin DB AR1 2003-2004 - photo Aston Martin

Les activités commerciales et industrielles :

Entre 1926 et 1958, les Aston Martin étaient construites à Feltham près de l’aéroport d’Heathrow. L’usine déménagea au sein de la même ville en 1945. Ce site cessa toute activité en 1964 suite à l’arrêt du département compétition de la marque.

En 1947, en complément du rachat d’Aston Martin, David Brown acquit le constructeur Lagonda. Depuis 1958, les deux firmes sont associées.

En 1950, l’appellation Vantage fut utilisée pour la première fois sur le modèle DB2. Ce nom désigne les versions les plus sportives du constructeur britannique. La même année, Robert Eberan von Eberhorst fut nommé ingénieur en chef de la firme pour remplacer Claude Hill. Harold Beach prit la succession d’Eberhorst en 1953.

En 1954, Aston Martin dut changer de carrossier parce que Mulliner passa sous contrat exclusif avec Standard-Triumph. Le contrat alla à Tickford que David Brown racheta en décembre 1954.

À la suite de cela, la production des Aston Martin et des Lagonda fut transférée à Newport Pagnell à partir de 1958, ville où était établi Tickford. L’usine produira des voitures jusqu’en 2007.

En juillet 1955, John Wyer, après cinq années à la tête du département compétition, devient directeur technique pour seconder Beach. En 1956, Wyer poussa à la conclusion d’un contrat de style avec le carrossier italien Touring qui incluait aussi l’utilisation sous licence du brevet de construction Superleggera et la fourniture de l’outillage pour fabriquer les carrosseries complètes à Newport Pagnell. Une nouvelle fois à l’initiative de Wyer, Aston Martin collabora avec Zagato en 1960 pour un modèle exclusif : la DB4 GT Zagato. Cette collaboration perdure encore jusqu’à aujourd’hui.

En 1964, pour le troisième film de la série James Bond, Goldfinger, l’agent 007 est équipé d’une Aston Martin DB5. Ceci contribua fortement à la notoriété et au prestige de la marque parmi le grand public. Depuis une Aston Martin a accompagné James Bond dans douze films sur les 24 de la série. La fameuse DB5 figure dans huit de ces films. L’association entre la marque anglaise et l’espion anglais est telle qu’Aston Martin produisit spécialement 10 exemplaires d’un modèle exclusif la DB10 en 2015 pour le film Spectre.

L’appellation Volante apparait en octobre 1965. Elle désignait une version retouchée de la DB5 convertible, le coupé venant d’être remplacé par la DB6.

Malgré les relatifs succès des DB4, DB5 et DB6, Aston Martin perdait de l’argent de manière chronique. L’arrivée de la nouvelle DBS à moteur V8 en 1969 aggrava la situation en raison de sa mévente. En 1972, David Brown vendit Aston Martin las d’éponger les pertes récurrentes de l’entreprise.

En 1974, Aston Martin déposa le bilan. Il n’y eut pas de production entre décembre 1974 et le milieu de l’année 1975. Mais la marque trouva un repreneur au travers d’un groupe d’hommes d’affaire. Les hommes ayant fait le succès de l’entreprise dans les années 1960 s’en allèrent peu à peu soit en partant en retraite, soit en démissionnant. Les dirigeants se succédaient au gré des mauvais résultats. Ceci n’aida pas la marque.

En février 1981, le constructeur britannique changea à nouveau de propriétaire pour la huitième fois depuis sa création. Victor Gauntlett prit la direction d’Aston Martin. Il assuma ce rôle jusqu’en 1991.

Au cours de l’année 1981, le carrossier Tickford fut scindé de la société Aston Martin pour qu’il développât une activité de carrossier et d’ingénierie.

Gauntlett raviva la coopération avec Zagato avec un nouveau modèle exclusif produit en coupé et cabriolet entre 1986 et 1990.

En septembre 1987, Aston Martin fut racheté par le groupe Ford. Cet évènement permit à la marque de retrouver une sérénité financière comme à l’époque de David Brown.

Walter Hayes remplaça Victor Gauntlett à la tête de la compagnie en septembre 1991. Il supporta son idée de développer une « petite » Aston Martin qui serait produite ailleurs qu’à Newport Pagnell.

Les synergies du groupe Ford furent de mise pour réaliser ce projet. Ainsi l’Aston Martin DB7, la « petite Aston », dut beaucoup à l’ingénierie Jaguar pour sa plate-forme et sa mécanique 6 cylindres, au centre Ghia à Turin pour son style et à Cosworth pour sa mécanique 12 cylindres qui résultait de la combinaison de deux blocs Ford V6 Duratec. La voiture fut produite dans l’ancienne usine Jaguar de Bloxham qui ferma en 2004 après l’arrêt de la production du modèle.

En septembre 2003, une usine entièrement nouvelle fut érigée à Gaydon. L’usine était prévue pour une capacité de production annuelle de 8000 voitures.

En octobre 2004, au sein du site Ford de Cologne en Allemagne, un bâtiment fut alloué à Aston Martin pour la production de moteurs. Depuis, ce site assure la production des mécaniques du constructeur britannique.

Un nouveau modèle, la Vantage, est lancé en 2005 pour permettre une nouvelle descente en gamme d’Aston Martin. Bien que restant dans le segment luxe, ce modèle est plus en phase pour concurrencer les Porsche 911 et les Maserati GT.

En mars 2007, Ford profite des bons résultats de la marque pour vendre Aston Martin à un fonds d’investissement.

En mars 2008, Aston Martin annonça un accord de coopération avec Magna-Steyr pour sous-traiter la production du modèle Rapide dans l’usine de Graz de l’entreprise autrichienne. Cette décision fut prise parce que la production de la marque approchait la capacité maximale de l’usine de Gaydon. Cet accord intervint avant la crise. Après coup, on constate que cette sous-traitance n’était pas nécessaire étant donné que la production annuelle d’Aston Martin oscille désormais entre 4000 et 6000 voitures par an comme nous le verrons au chapitre suivant.

Pour satisfaire les normes d’émissions moyennes applicables en Europe à partir de 2012, Aston Martin décida de coopérer avec Toyota pour la production d’une citadine de luxe. La Cygnet fut présentée en 2011. Elle fut un flop commercial.

Les lieux et chiffres de production :

Les différents sites de production :

  • Usine de Feltham, Royaume Uni de 1926 à 1958
  • Usine de Newport Pagnell, Royaume Uni de 1958 à 2007
  • Usine de Bloxham, Royaume Uni de 1994 à 2004
  • Usine de Gaydon, Royaume Uni depuis 2003
  • Usine de Graz, Autriche depuis 2010

Le 9 avril 1984, la dix millième Aston Martin fut produite. La barre des 50 000 fut dépassée en 2009.

Le graphique ci-dessous représente la production annuelle de la marque depuis 1948. Les chiffres illustrent bien le caractère artisanal et exclusif d’Aston Martin. À l’exception de 1964, 1966 et 1969, la production a toujours été sous la barre des 500 voitures annuelles. Ce cap est définitivement franchi avec l’arrivée de la DB7 qui permet même à la marque de dépasser les 1 000 unités par an à partir de l’an 2000. Les DB9 et Vantage construites dans la nouvelle usine de Gaydon font multiplier les ventes par cinq. Cependant depuis le pic de 2007 et la crise de 2008, les chiffres de production régressent faute de nouveauté à l’exception de l’année de lancement de la Rapide en 2010.

Production annuelle d’Aston Martin depuis 1948

© Auto Forever

Production annuelle d'Aston Martin depuis 1948

Les innovations techniques :

Nous pouvons citer les trois éléments suivants où Aston Martin fit office de pionnier :

  • l’emploi de la technique du carter sec pour les moteurs entre 1928 et 1935
  • le hayon arrière relevable et la banquette arrière rabattable entre 1953 et 1959 sur la DB2/4
  • la carrosserie en aluminium dès 1958

Tadek Marek est l’ingénieur motoriste qui conçut le moteur 6 cylindres des DB4/DB5/DB6 et le moteur V8 originel de la marque.

Le sport automobile :

Avant-guerre, Aston Martin avait déjà bâti une sérieuse réputation dans les courses automobiles. La marque participa aux 24 Heures du Mans neuf fois entre 1928 et 1939.

Dès le retour en activité de la marque en 1947, les Aston Martin furent à nouveau engagées en compétition. En 1948, la Deux Litres Sport remporta sa première course à Spa pour son premier engagement en compétition.

Des versions de course des DB2, DB2/4 et DB Mk III existèrent. Elles permirent à la marque de participer aux 24 Heures du Mans, à la Mille Miglia et à de nombreuses autres compétitions dans les années 1950.

Mais de véritables voitures de course furent fabriquées par le constructeur anglais à partir des années 1950. En voici la liste :

  • 1951 : DB3 entre septembre 1951 et mai 1953, produite en 10 exemplaires
  • 1953 : DB3S entre mai 1953 et décembre 1956, production totale de 30 unités (dont 19 pour la route et 11 pour la course)
  • 1956 : DBR1 jusqu’en 1960, production en 5 exemplaires
  • 1957 : DBR2 jusqu’en 1959, production en 2 exemplaires
  • 1958 : DBR3, un seul exemplaire
  • 1959 : DBR4, seule tentative de la marque en Formule 1, quatre voitures furent construites
  • 1962 : Project 212 en un exemplaire sur la base de la DB4 GT
  • 1963 : Project 214 en deux exemplaires sur la base de la DB4 GT
  • 1963 : Project 215 en un exemplaire sur la base de la DB4 GT

En 1959, Aston Martin remporta la victoire aux 24 Heures du Mans.

En 1964, la marque se désengagea de la compétition automobile avec la dernière saison sportive de la DP 214.

Au cours des années 1960, des versions route de la DB4 Vantage et de la DB5 Vantage furent engagées par des écuries privées pour des courses sur circuit ou des rallyes.

La marque revint en compétition en participant aux 24 Heures du Mans 1967 avec une Lola Aston Martin équipé du moteur V8 qui allait équipé les DBS de série à partir de 1969.

En 1970, une DBS V8 préparée pour la course fut engagée en championnat GTP sur circuit.

Au début des années 1980, Aston Martin retrouva le chemin des circuits et notamment des 24 Heures du Mans en partenariat avec l’écurie Nimrod. La voiture était équipée du moteur V8 5,3l. L’aventure s’arrêta en 1984.

En 1983, l’écurie Emka équipa sa voiture de course du moteur V8 Aston Martin. L’expérience dura jusqu’en 1985.

Entre 1988 et 1990, Aston Martin retourna dans les courses de sport-prototype avec sa propre voiture mais sans grand succès.

Dans la deuxième moitié des années 1990, le retour des championnats GT permirent à la marque d’y engager des modèles tels que la grosse V8 Vantage.

À partir de 2005, Aston Martin participe aux courses d’endurance et de GT avec la DBR9 qui dérive de la DB9. Le modèle est bien secondé avec les Vantage V8 et V12.

Je rappelle que notre projet est de décrire toutes les voitures du monde depuis 1950 sous forme de fiches synthétiques. À terme, chaque constructeur disposera d’une page sur le modèle de celle-ci.

Au fur et à mesure de la rédaction des fiches synthétiques pour chaque modèle, celles-ci seront attachées en lien à chaque photo de chaque modèle présentée dans la page du constructeur.

Je recherche des volontaires suffisamment fondus de voitures comme moi pour compléter des fiches. Ce projet a pour but, dans un premier temps, d’être un travail communautaire et de partage entre passionnés pour aboutir à une formidable base de données sur l’automobile. L’idée est de respecter un format de présentation standard pour faciliter la lecture du site et les comparaisons entre modèles de constructeurs et d’époques différents.

N’hésitez pas à me contacter par email si ce projet vous intéresse >>>> laurent@auto-forever.com

WP-Backgrounds Lite by InoPlugs Web Design and Juwelier Schönmann 1010 Wien