BMW 325i E30 : la voiture de mes souvenirs d’enfance

Stéphane nous fait partager sa passion avec sa BMW 325i E30.

Pourquoi cette voiture :


Amoureux depuis gamin des BMW et en particulier de la Série 3 E30, j’en souhaitais une depuis un certains temps. Après une brève expérience avec une 320i Automatique,  je comprends rapidement qu’avec une E30 ce n’est pas que le physique qui compte … Me voilà donc partie en chasse d’une 325i à boîte mécanique cette fois …

Je ne vous apprends rien, mais une 325i E30 dans un état authentique avec un historique clair est devenue un objet rare. Au mois de mai 2016, je tombe sur une annonce qui semble répondre à mes critères. Je m’empresse donc d’appeler et de convenir d’un rendez-vous. La voiture étant en région parisienne et résidant en Occitanie, la tâche n’est pas simple, d’autant plus que le vendeur n’est pas la propriétaire. Après plusieurs discussions téléphoniques, me voilà parti en train de nuit avec un chèque de banque sans avoir vu la voiture.

À mon arrivée, l’état de la carrosserie, qui m’avait été décrite comme propre, me déçoit quelque peu. Après un essai routier, je suis séduit par l’agrément de conduite qui se dégage de la sonorité du 6 cylindres en ligne, du châssis M et du caractère procuré par la souplesse et la puissance du M20B25. La voiture est saine et ne présente pas de défauts critiques. Me voilà donc parti pour 600 km de convoyage pour rapatrier la belle.

Conduite et performances :


J’adore démarrer le moteur et être envoûté dès les premières secondes par le bruit émis à l’échappement. À bord, abattre les kilomètres est un vrai plaisir. La polyvalence de la voiture est son maître-atout, aussi à l’aise sur route sinueuse où la tenue de route sans faille permet d’exploiter pleinement le moteur, que sur autoroute. Le maniement de la boîte est précis et rapide mais son étagement est perfectible avec un “trou” au passage de la 3e.

Confort et fonctionnalités :


Le véhicule est bien équipé dans cette finition Worldline, marquant la fin de la série sur le marché français. La dotation comprend notamment la suspension sport M, la climatisation, le volant sport et le pommeau de vitesse en cuir M-Techic II, les sièges sports en tissu, l’aspect noir Shadow-line et les jantes en alliage BBS à rayons croisés 7Jx15. La position de conduite est juste parfaite avec des commandes tombant idéalement sous la main.

Par contre, l’habitabilité est assez moyenne surtout au niveau des places arrière. Paradoxalement, le coffre est d’une grande contenance pour le segment (425 litres), on regrettera juste un seuil de chargement haut. Détail amusant, le plafond est pourvu du  fameux “check control” qui confère à l’habitacle une petite touche aéronautique.

Qualité et coûts :


Pour avoir connu des BMW plus récentes, je peux dire que les BMW des années 80 étaient l’apogée de la qualité des matériaux dans l’habitacle. À l’extérieur, très peu de corrosion à signaler mais cela dépend évidemment de l’entretien et de l’endroit où dort le véhicule.

La  fiabilité est vraiment excellente, avec un entretien facile à réaliser soit même. Il faut cependant garder à l’esprit que le système de refroidissement du moteur doit être attentivement surveillé, notamment au niveau du fonctionnement du visco-coupleur du ventilateur. Enfin, la courroie de distribution est à remplacer dans les temps préconisés.

L’anecdote du propriétaire :


J’ai accumulé de nombreux souvenirs tout au long des 10 000 km parcourus à son bord.

Entre les sorties du Club E21E30 sur les routes ariégeoises, les 2 500 km parcourus lors de l’été 2016 à travers la France et les nombreuses heures passées à la rénover, cette voiture me procure beaucoup de plaisirs et d’émotions. Elle me renvoie à des souvenirs d’enfance, lors de certaines après-midi où le père d’un copain nous emmenait à l’entrainement de foot à bord de sa 320i.

Si je devais garder mon meilleur souvenir, illustré sur la photo ci-dessous, c’est la contemplation de ce magnifique coucher de soleil après une ballade au cœur du parc naturel régional de la Sainte-Baume avec ma fille à bord.