Japon 2001, l’affrontement de quatre voitures de luxe

Texte : Laurent Pennequin ; Photos : Jaguar, Mercedes-Benz, Nissan, Toyota

Faisons un voyage dans le temps et l’espace pour nous retrouver au Japon en 2001. Tant qu’à y être, prenons la place d’un grand patron japonais dirigeant un conglomérat industriel de son bureau tokyoïte. Cet homme-là, comme vous et moi, a besoin de se déplacer tous les jours, et de préférence dans une voiture de luxe. Quel choix s’offre à lui ?

Pour l’aider, je vous présente quatre berlines de très haut de gamme disponibles sur le marché japonais cette année-là : deux autochtones et deux voitures importées.

Une Mercedes et une Daimler face à une Toyota et une Nissan


L’affrontement se joue entre la Toyota Century, la Nissan Président, la Mercedes S600L et la Daimler Super V8. Ces quatre voitures sont au sommet de la gamme de leur constructeur respectif. La Daimler, variante luxueuse de la Jaguar XJR, et la Mercedes S600 sont issues d’une longue lignée de voitures de luxe ayant contribué à l’image de chaque marque. La Nissan et la Toyota surprennent, enfin nous surprennent, nous européens. Elles sont en effet inconnues pour beaucoup puisque strictement réservées au marché japonais sur lequel les locaux se battent sur chaque niche de marché même la plus élitiste.

Voyons les forces en présence


Daimler Super V8 Mercedes S600L Nissan Président Sovereign Toyota Century
Empattement 299,5 cm 308,5 cm 303 cm 302,5 cm
Longueur 515 cm 516 cm 522,5 cm 527 cm
Largeur 180 cm 185,5 cm 183 cm 189 cm
Hauteur 136 cm 145 cm 142,5 cm 147,5 cm
Poids 1800 kg 1960 kg 1890 kg 1990 kg
Moteur V8 4,0l compressé DOHC 32v V12 5,8l SOHC 36v V8 4,5l DOHC 32v V12 5,0l DOHC 48v
Puissance 375ch DIN à 6150tr/mn 367ch ECE à 5500tr/mn 270ch JIS à 5600tr/mn 280ch JIS à 5200tr/mn
Transmission

Propulsion A5

Propulsion A5

Propulsion A4

Propulsion A4

Vitesse maxi

250km/h (*)

250km/h (*)

180km/h (*)

180km/h (*)

0 à 100km/h

5,7 sec.

6,3 sec.

n.d

n.d

Consommation normalisée

13,6l/100km

14,3l/100km

15,6l/100km

13,9l/100km

Prix en Yens

12 900 000 ¥

14 500 000 ¥

9 160 000 ¥

10 000 000 ¥

Équivalent en € de 2016

119 100 €

133 850 €

104 300 €

113 900 €

  • Moteur : DOHC = double arbre à cames en tête ; SOHC= simple arbre à cames en tête ; v = soupapes
  • Puissance exprimée suivant différentes normes : DIN, ECE et JIS
  • (*) vitesse maximale limitée par électronique ; n.d = non divulgué

Puissance limitée, vitesse limitée… tristesse ?


Ces berlines de luxe imposent leur présence avec une longueur dépassant largement les cinq mètres dans tous les cas. La contrepartie de ses dimensions imposantes, combinées avec un équipement pléthorique, se traduit par un poids élevé oscillant entre 1,8 tonne et 2 tonnes.

Pour se mouvoir chacune reçoit un puissant moteur de forte cylindrée. Un gentleman agreement fait que les puissances des japonaises ne dépassent pas les 280ch et que leur vitesse est limitée à 180km/h. Pour les européennes, l’électronique veille à ce que la barre des 250km/h ne soit pas franchie.

Mercedes et Toyota utilisent les plus gros moteurs : des V12 au sommet de la chaîne automobile. Celui de la Mercedes recourt à une distribution relativement simple avec un seul arbre à cames et trois soupapes par cylindre couplé avec un allumage à deux bougies. Le but est de réduire la consommation et les émissions polluantes. La Daimler emploie un V8 doté d’un compresseur. Cela lui permet d’afficher le meilleur rendement des quatre avec une puissance spécifique de 94ch/l. Le V8 Nissan paraît quelque peu en retrait. Il faut dire que c’est le plus ancien du groupe. Il est repris quasiment tel quel de l’Infiniti Q45 lancée en 1989.

Outre leur patronyme commun de leur ancêtre, la Daimler et la Mercedes partagent également leur boîte de vitesses automatique. Mercedes fournit en effet son excellente boîte à cinq rapports à Daimler. La Nissan et la Toyota se contentent d’une boîte à quatre rapports.

L’héritage


Le lancement de la Mercedes S600 est intervenu en octobre 1998 au salon de Paris. La Classe S W220 succède alors à la W140. C’est la sixième Classe S depuis la 220SE Fintail lancé en 1959.

La Toyota Century est arrivée sur le marché en avril 1997. Elle a remplacé la première Century qui avait été lancée en septembre 1967, soit près de 30 ans de carrière.

La Nissan Président dérivé étroitement de l’Infiniti Q45 de première génération et commercialisée à partir de 1989. L’actuelle Président date d’octobre 1990. Elle se trouve en fin de carrière au moment de notre comparatif. C’est le troisième modèle du nom.

Enfin, la Daimler possède la conception la plus ancienne. Si le modèle actuel remonte à septembre 1994, avec une motorisation V8 depuis 1998, ses origines structurelles sont toujours celles de la première Jaguar XJ6 lancée en 1968. Ceci explique l’étroitesse de sa caisse et son poids plus contenu.

Au moment du choix


En combinant, une mécanique relativement ancienne et une boîte automatique avec seulement quatre vitesses, la Nissan finit dernière sur le plan des performances et de la consommation. La palme du dynamisme revient en revanche à la Daimler en raison d’un poids contenu et d’une mécanique survoltée. La Daimler affiche également la meilleure consommation. Les Mercedes et Toyota se veulent plus souveraines sur la route en conservant constamment une réserve de puissance. C’est l’avantage d’un moteur V12.

Le prix… il n’a aucune espèce d’importance à ce niveau de gamme. Tous les modèles sont affichés au-delà des 100 000 euros. Ainsi, le choix se fera plus au niveau de la philosophie et de l’image que dégagent chaque modèle. Deux paires se dessinent avec d’un côté, les sportives, et de l’autre, les bourgeoises.

Le premier groupe est constitué de la Daimler Super V8 et de la Nissan Président Sovereign. Leur style et leur caractère se veulent les plus dynamiques. L’antériorité de l’anglaise permet d’affirmer que la Nissan a du félin dans ses lignes. Sa mécanique plus ancienne me fait toutefois préférer la Daimler.

Le second groupe se compose de la Mercedes et de la Toyota. Les deux inspirent la sérénité et la force tranquille. Le style de la S600 reste plus élégant que celui de la Century. Le V12 allemand gagne le match des performances.