Le Musée Audi d’Ingolstadt

Texte et photos : Laurent Pennequin

Par un bel après-midi de septembre, je suis allé explorer le Musée de la marque Audi à Ingolstadt. Il se situe à côté de l’usine dans une tour vitrée.

L’accueil est efficace et le tarif abordable : 4 euros pour un adulte. On commence par un film de présentation retraçant l’histoire de la marque avec forcément un peu propagande mais aussi de belles images. Des visites de l’usine sont possibles. Le rez-de-chaussée comporte un mur d’exposition chronologique de tous les modèles Audi en miniature.

Ce musée n’est pas seulement dédié à Audi mais aussi à toutes les marques qui ont conduit à ce qu’est Audi aujourd’hui. Nous retrouvons ainsi des DKW, des Wanderer, des Audi d’avant-guerre, des Horch, des Auto-Union, des NSU et bien sûr les Audi que nous connaissons depuis la renaissance de la marque en 1965.

La visite commence par le dernier étage où sont exposées les voitures les plus anciennes. Puis l’histoire se déroule à mesure que l’on redescend vers le rez-de-chaussée. On remarque aussi que plusieurs modèles NSU sont exposés sur des plates-formes qui défilent de haut en bas. Je vais maintenant partager avec vous les modèles qui m’ont le plus marqué.

Je commence avec le roadster Wanderer W25K. Cette voiture fut produite en 259 exemplaires entre 1936 et 1938. Sa ligne élégante invite au sport. Le capot abrite un moteur six cylindres en ligne de deux litres équipé d’un compresseur et développé par Ferdinand Porsche. Il délivre une puissance de 85ch à 4000tr/mn. L’auto peut ainsi atteindre la vitesse maximale de 145km/h et consomme environ 20 litres au 100km.

Je continue avec deux modèles Horch. Les Horch étaient des voitures de prestige et de grand luxe avant la seconde guerre mondiale. Elles affrontaient la concurrence des Rolls Royce et des Bugatti. Les modèles exposés sont vraiment magnifiques. Ce sont des œuvres d’art. Il est dommage cependant de les avoir exposées sous verre. Cela rend encore plus difficile la prise de photo qui n’est déjà pas facile du fait que la lumière entre à 360° dans le bâtiment qui est, rappelons-le, une tour de verre. J’illustre le présent article avec la Horch 853 Sport Cabriolet dotée d’un moteur huit cylindres en ligne de 4,9l développant 100ch à 3400tr/mn. La voiture atteint 135km/h et consomme 22l/100km. Elle fut produite en 619 exemplaires entre 1935 et 1937. L’autre modèle Horch est une 855 Special Roadster fabriquée en 7 exemplaires seulement entre 1938 et 1939. Elle dispose du même moteur que la 853 Sport Cabriolet porté à 120ch à 3600tr/mn.

Avant de passer à la période d’après-guerre, il convient de présenter deux fabuleuses voitures de course :

  • L’Auto-Union V16 Typ C-D Bergrennwagen de 1939 réservée aux courses de côte qui dispose d’un moteur V16 6,0l de 520ch à 5000tr/mn lui permettant d’atteindre 250km/h. Le moteur est à l’arrière. Les roues arrière sont jumelées pour assurer une meilleure adhérence. L’exemplaire exposé est le seul exemplaire survivant des légendaires Auto Union Flèche d’Argent complètement préservé dans sa condition originale.
  • L’Auto-Union V16 Typ C Stromlinien-Rennwagen qui débuta sur le circuit de l’Avus en 1937. Le moteur V16 6,0l de la voiture pouvait développer jusqu’à 560ch. Le pilote Bernd Rosemeyer conduisit cette voiture jusqu’à plus 400km/h sur l’autoroute Francfort-Darmstadt. Jamais une telle vitesse n’avait été atteinte sur une route ouverte. La voiture et son pilote remportèrent de nombreux records mondiaux de vitesse.

L’immédiat après-guerre débute avec le petit fourgon DKW F89L Schnelllaster, littéralement livreur rapide. Ce modèle fut lancé en 1949. Il dispose de la traction avant et d’un moteur deux temps deux cylindres 684cc développant 20ch à 3600tr/mn. Le fourgon atteint ainsi la vitesse maximale de 78km/h et consomme 9,5l/100km. Il fut fabriqué en 28 263 exemplaires entre 1949 et 1954.

Dans les années 1950, le modèle 3=6 Sonderklasse F91 occupait le segment des moyennes supérieures. Son moteur 3 cylindres deux temps de 896cc développe 34ch à 4000tr/mn. Il permet à la voiture d’atteindre la vitesse de 115km/h. La dénomination 3=6 signifie que le moteur à trois cylindres équivaut l’agrément et les prestations d’un moteur à 6 cylindres. Un moteur deux temps offre plus de légèreté et de puissance du fait d’un nombre réduit de pièces en mouvement. En revanche, sa consommation d’essence et d’huile élevée est un inconvénient face à un moteur quatre temps.

Avant de passer à Audi, il faut vous raconter l’histoire de la dernière Horch : la 830BL Pullman Limousine produite en 1953. Le service d’essai de la marque DKW de l’usine d’Ingolstadt créa pour la direction de la société Auto Union GmbH une voiture de direction avec une vitre de séparation entre le chauffeur et les passagers arrière. Ce modèle fut équipé d’un moteur V8 3823cc de 92ch à 3400tr/mn. L’auto peut atteindre une vitesse maximale de 125km/h et consomme 19l/100km. En 1956, un soldat américain acheta la voiture et la ramena aux États-Unis. Al Wilson, un passionné d’automobile du Texas, la sauva du broyeur malgré sa boîte de vitesse cassée. Son instinct lui dit que cette voiture avait quelque chose de spécial. Après 40 ans de stationnement dans le désert du Texas, les fils de Wilson contactèrent les experts d’Audi Tradition. La dernière Horch, perdue depuis fort longtemps, venait d’être redécouverte. Audi racheta la voiture en 2008. C’est une belle histoire que celle de cette voiture oubliée.

En 1965, il a été décidé d’abandonner la marque DKW pour le lancement d’une nouvelle voiture équipée d’un moteur quatre temps. Auto Union ne possédait plus les marques Horch et Wanderer à cette époque. Ainsi le nom d’Audi réapparut pour ce nouveau modèle sans nom de baptême autre que : Audi.

Faisant maintenant un petit tour chez NSU avec la grande berline Ro80, ce modèle a été lancé en 1967. Il est équipé d’un moteur rotatif de 115ch. La voiture a été élue voiture de l’année 1968. Elle disparut en 1977 et avec elle la marque NSU. Nous découvrons aussi deux modèles rares : un break produit en 1969 pour NSU Uruguay sur la base de la NSU Prinz 4 et une NSU Ro80 carrossée par Pininfarina et exposée au salon de Turin 1973.

Nous revenons chez Audi avec un éclaté d’un modèle 80 datant de 1979. Le sport automobile a été aussi d’une grande importance pour la marque aux anneaux dans les années 1980. Le modèle ayant le plus symbolisé cet engagement a été l’Audi Quattro. Sa variante course extrême fut la variante à empattement raccourcie : la Sport Quattro S1. La version pour la course de côte américaine de Pikes Peak fait un lien temporel distant de 50 ans avec l’Auto-Union V16 Bergrennwagen. L’Audi Sport Quattro S1 tire 598ch à 8000tr/mn de son moteur 5 cylindres 2110cc quand il faut 16 cylindres et six litres de cylindrée à l’Auto-Union V16 pour sortir 520ch.

Une bête de course vue seulement en Amérique est aussi exposée. Il s’agit de l’Audi 90 Quattro IMSA-GTO de 1989. La voiture dispose d’un moteur 5 cylindres 2190cc développant 720ch à 7500tr/mn ! Six exemplaires furent construits.

Voilà que la visite de ce Musée Audi à Ingolstadt s’achève. C’est un bel endroit pour tous les passionnés d’automobiles avec de très belles voitures et beaucoup d’histoire. Je termine par un détail pratique. Je conseille d’accéder au Musée par la sortie d’autoroute n°60 de Lenting plutôt que par la sortie n°61 d’Ingolstadt Nord. Cela permet d’éviter de traverser la ville d’Ingolstadt ce qui est un peu plus rapide pour accéder au site Audi.