Trois petites Mercedes 6 cylindres hautement désirables

Souvent ignorées, parfois malaimées, les berlines recèlent pourtant des versions intéressantes. En voici trois que nous allons confronter : une 190E 2.6 (W201) de 1987, une C280 (W202) de 1995 et une C320 (W203) de 2002. Outre leurs quatre portes et leur malle arrière, ces voitures abritent sous leur capot un moteur six cylindres.

Généalogie


Face à l’insolent succès de la BMW Série 3, Mercedes réagit en dévoilant sa baby-benz, la 190 (code usine W201) en 1982. La marque souabe investit enfin le segment des berlines moyennes supérieures, profitant de son aura, qui lui permet d’afficher une filiation claire entre sa 190 et la Classe S W126. La clientèle est au rendez-vous avec près de 1,9 million de Mercedes 190 vendues en 11 ans. La Classe C (code usine W202) prend sa succession en 1993 avec un égal bonheur étant donné qu’elle s’écoule également à près de 1,9 million d’exemplaires mais en sept ans seulement. Pour la remplacer, Mercedes présente la nouvelle génération de Classe C (W203) en l’an 2000 qui se veut plus dynamique tout en conservant un lien de parenté fort avec les autres modèles de la gamme. Elle se vend également en 1,9 million d’unités en 7 ans : quelle constance dans le succès ! L’équipement augmente de génération en génération avec l’arrivée en option, puis en série, de l’ABS, de l’antipatinage ASR, de plusieurs airbags, du contrôle de stabilité ESP, et du système de navigation Comand.

Un 6 cylindres dans la petite Mercedes 190


Pour mieux affronter l’ennemi BMW, Mercedes décide de monter le moteur six cylindres 2,6 litres de la W124 dans la 190 en 1986. Cette version vise une clientèle bourgeoise et dynamique, qui recherche une voiture rapide, efficace, compacte et confortable, sans forcément vouloir une sportive. La 190E 2.6 se place idéalement entre la 190E 2.3 et la 190E 2.5-16, et totalise 5,5% de la production totale de la 190, un beau score pour une variante haut de gamme. À partir de 1989, une finition Sportline est proposée avec un volant de dimension réduite et des trains roulants sport, mais pas de boîte manuelle sport, avec une cinquième en prise directe, comme sur la 190E 2.5-16. La même année, la voiture reçoit obligatoirement un catalyseur qui abaisse la puissance à 160ch.

190E 2.6


+ : comportement routier ; finition et qualité de fabrication ; silence de fonctionnement

– : lenteur de la commande de boîte manuelle ; diamètre du volant de série ; habitabilité réduite à l’arrière