Au temple de la marque Porsche à Stuttgart

Texte et photos : Laurent Pennequin

La marque Porsche a démarré son activité à la fin des années 1940 en Autriche, dans la ville de Gmünd. Dès 1950, elle s’établit à Stuttgart-Zuffenhausen. C’est ici que la légende Porsche se construit année après année. Nous allons la revivre au travers de la visite du Musée Porsche.

Le premier musée Porsche a ouvert en 1976. Pour l’avoir visité en 1998, je me souviens qu’il était plutôt simple, à côté de l’usine, et qu’il présentait essentiellement des voitures de sport. Le nouveau musée a été inauguré en 2009. L’architecture du bâtiment est spectaculaire. L’intérieur l’est tout autant. Il abrite une magnifique collection de Porsche de route et de course depuis les origines de la marque jusqu’aux derniers modèles. L’atmosphère créée met grandement en valeur les voitures qui y sont exposées.

Les débuts de Porsche


Ferdinand Porsche est l’ingénieur à l’origine de la firme qui porte son nom. Dès la fin du XIXème siècle, il travaille pour plusieurs constructeurs automobiles allemands. Son génie créatif se manifeste rapidement avec la création de la première voiture à transmission intégrale et à motorisation hybride essence-électricité en 1898, soit tout de même 99 ans avant la première Toyota Prius. Cette voiture, la Lohner-Porsche, est exposée au salon de l’automobile de Paris en 1900. Il travaille ensuite pour Austro-Daimler jusqu’en 1923, puis pour Mercedes. En 1931, il fonde son bureau d’études indépendant.

Au cours des années 1930, Hitler permet à Porsche de réaliser son projet de petite voiture. Porsche remporte en effet le concours de la Voiture du Peuple en juin 1934. La Volkswagen Coccinelle voit ainsi le jour dans la ville nouvelle de Wolfsburg en 1938.

Au lendemain de la guerre et après être sorti de prison, Ferdinand et surtout son fils Ferry, accélèrent le développement de l’entreprise. En 1948, la voiture de sport Porsche 356 est présentée. Sa fabrication démarre de manière artisanale puis les cadences progressent année après année au gré de l’évolution du modèle.